Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un labyrinthe dans la ville

Un labyrinthe dans la ville

Blog d'une brestoise: Coups de gueule, événements, humour, photos, poèmes, politique, projets de romans, et réflexion.


La dictature du déo

Publié par Le Labyrinthe sur 21 Septembre 2018, 19:42pm

Catégories : #Réflexion, #Témoignage

J'ai été confrontée à un problème, il y a quelques jours. J'avais un atelier CV, avec un organisme partenaire de pôle emploi. J'étais seule, contrairement au premier atelier. La formatrice a commencé par me dire "j'ai quelque-chose à vous dire mais ça ne va pas vous plaire". Je m'attendais à ce qu'elle me parle de mon manque de capacités sociales, par exemple, le fait que je ne regarde pas dans les yeux. Non. Elle m'a dit que je sentais la transpiration. Je lui ai répondu que je me lavais tous les jours. J'ai rien pu dire d'autre. Elle a insisté en disant que ce n'est pas suffisant, que c'est important pour trouver du travail, mais aussi pour la vie personnelle. Elle m'a demandé si j'ai quelque-chose contre le déo et qu'il en existe du bio. Je me suis sentie mal, évidemment. Vexée, en mode remise en question et déstabilisée. Mais aussi en colère, avec un sentiment d'injustice. D'autant plus que j'avais mis du parfum, ce jour là, pour une fois... 

C'est ainsi que je veux aborder ce sujet, cette norme sociale, qu'est le fait de mettre du déodorant. Comment en sommes nous venu.e.s à considérer que c'est obligatoire? Ce produit est une invention récente, dans l'Histoire de l'humanité et n'est certainement pas également présent dans tous les pays et régions du monde. Pourquoi considérons nous que notre odeur de transpiration est "mauvaise", alors que celle du déodorant est "bonne" ( fut elle chimique )? Avec la montée des valeurs écologistes, un changement d'appréhension va t'il se mettre en place? 

Il n'est pas inné, ni naturel, de se dire que telle odeur est bonne ou mauvaise. D'ailleurs, même après avoir acquis des normes sociales, nous ne sommes pas tou.te.s d'accord à ce sujet. Certaines personnes préfèrent les odeurs fleuries, d'autres préfèrent les odeurs épicées, par exemple. On a aussi moins de problèmes avec son odeur, que celle des autres.

On peut tout à fait être sale et sentir "bon" avec le déo. Ce n'est donc pas une question d'hygiène du tout. On se lave: on est propres. Idem pour les vêtements. 

Si on sent la transpiration, ça veut juste dire qu'on a stressé.e ou qu'on a fait une activité physique ( ou les deux ). 

C'est une odeur naturelle. 

Le fait de refuser ce côté naturel, assimilé à l'animalité, est peut être le signe du rejet de cette animalité, pour nous mettre sur un piédestal d'Humains. C'est une théorie. Idem pour les poils. On veut être dans une société aseptisée. 

De la même manière qu'on enlève les "mauvaises herbes" des trottoirs, alors que désigner des plantes comme des "mauvaises herbes" est aussi une norme sociale. Certaines de ces plantes sont plus utiles et bénéfiques qu'on ne le pense... 

Pour terminer, la sueur est utile, puisque qu'elle nous permet de réguler la température du corps. Alors, si on s'empêche continuellement de transpirer, quid de notre santé? 

Notre santé vaut mieux que le regard des autres, surtout quand ces autres agissent par mimétisme, comme ici. Suivre une norme, pour suivre une norme, rien de plus idiot.

L'objectif n'est pas de vous dire ce que vous devez faire ou ne pas faire. L'objectif est de réfléchir à cette norme sociale qui consiste à pousser les gens à mettre du déo. Car c'est bien une norme sociale, construite, qui n'est pas universelle, ni intemporelle. Alors, faites ce que vous voulez, et ne vous mélez pas de la vie des autres.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents